Left
  • Carolina Gonzalez-Bunster
  • Carolina Gonzalez-Bunster
  • Carolina Gonzalez-Bunster
  • Carolina Gonzalez-Bunster
  • Carolina Gonzalez-Bunster
  • Carolina Gonzalez-Bunster
  • Carolina Gonzalez-Bunster
Right


Ceux qui ont complètement changé leur mode de vie le savent bien, suivre ses propres rêves est sans aucun doute l’aventure la plus excitante que l’on puisse vivre, mais c’est également le choix le plus difficile à faire.

Voici l’histoire de Carolina, fondatrice de Walkabout Foundation, qui avait à peine onze ans lorsqu’elle est devenue fan de Tod’s.

Comment avez-vous découvert Tod’s ?
Je me souviens parfaitement du jour où j’ai découvert Tod’s, j’avais à peu près 11 ans, ma mère et ma tante avaient acheté des sacs D-Bag dans des tons de beige assortis. Un souvenir de mon adolescence, lorsque je me promenais avec ma mère, que nous allions déjeuner ensemble et que nous faisions du shopping. Elle a encore ce sac et chaque fois que je le vois, je repense à ces instants précieux.

Quand vous pensez à la marque Tod’s, que vous vient-il à l’esprit et à quoi l’associez-vous ?
Intemporel, iconique, élégant, beau, sophistiqué, frais, classique, quintessence de la simplicité.

Possédant un style personnel chic et contemporain, comment définiriez-vous le style ?
À mon avis, avoir du style ce n’est pas porter ou suivre toutes les dernières tendances, mais c’est savoir associer des éléments et, à travers son allure, exprimer sa personnalité.

Comment définiriez-vous votre style ?
J’aime marier des pièces de styles différents dans un même look. En ce sens, je suis plutôt éclectique ; j’aime apporter un soupçon d’insolite à une tenue preppy chic, en portant par exemple une paire de mocassins Tod’s avec une veste en cuir. J’aime ajouter des touches personnelles et quelque peu audacieuses.

Parlons de Walkabout Foundation. Comment cela a-t-il commencé ? Quels sont les principaux objectifs pour 2013 ?
Je travaillais dans la finance et, en 2008, j’ai décidé de faire un saut dans l’inconnu, de risquer le tout pour le tout et de quitter mon poste stable et sûr pour me consacrer à ma vraie passion. J’ai démissionné et créé Walkabout Foundation, une organisation caritative qui s’occupe de financer la recherche pour trouver un traitement contre la paralysie et d’offrir des fauteuils roulants aux personnes dans le besoin dans le monde entier (www.walkaboutfoundation.org). J’étais inspirée et je voulais aider les millions de personnes dans le monde qui sont paralysées, comme mon grand-frère Luis, atteint d’une lésion de la moelle épinière lorsque j’avais 12 ans et paralysé du torse aux pieds. En à peine 3 ans, Walkabout a financé la recherche sur la paralysie avec des millions de livres sterling ; la fondation a également permis, pour la première fois, à un homme paralysé de se tenir debout et de marcher à nouveau, et a donné plus de 3 000 fauteuils roulants RoughRider, des solutions tout-terrain entièrement conçues avec des pièces de vélos, pour des adultes et enfants en difficulté dans des pays en développement avec le soutien et l’aval de Bill Clinton, Donna Karan et Martin Sheen. Le principal objectif de la fondation pour 2013 est d’aider encore plus de personnes que l’année dernière et d’augmenter les financements pour la recherche de pointe avec le laboratoire du Dr Reggie Edgerton à l’UCLA, la fondation Christopfer Reeve et Miami Project to Cure Paralysis (Projet de Miami pour la guérison de la paralysie).

Vous avez déjà changé de vie (de banquière à fondatrice d’une organisation caritative). Avez-vous des projets particuliers pour l’avenir ?
La vie est longue et les possibilités sont infinies. Je pourrais faire tellement de choses avec Walkabout, en adoptant une approche plus créative et entrepreneuriale. J’ai toujours voulu créer une entreprise rentable qui viendrait compléter les activités de Walkabout, soit en ouvrant une usine de fauteuils roulants qui emploierait des personnes handicapées, soit en ouvrant une coopérative de femmes en fauteuil roulant qui fabriqueraient un produit à la mode, par exemple un bijou ou un sac !

Que signifie pour vous être une ambassadrice Tod’s ?
Pour moi, être une ambassadrice Tod’s signifie incarner la philosophie de la « famille » et de la marque Tod’s, qui ne représente pas seulement une élégance emblématique et intemporelle, mais qui exprime également un souci d’humilité, de solidarité et d’empathie envers le monde en général. Il s’agit de l’une des fonctions les plus prestigieuses qui m’aient jamais été confiées.

Vous avez porté différentes pièces de la collection Automne-Hiver de Tod’s. Quels sont vos incontournables pour la saison ?
J’ai adoré les bottes compensées en daim noir aussi bien dans le modèle au genou que dans la version bottine. J’avais les deux ! Je porte les bottines avec des jupes et les bottes sur mes jeans. Sans l’ombre d’un doute, le sac Micky en python était un autre must-have ; il va avec tout et on peut le porter tout au long de l’année.

Vous étiez à Milan et à Paris pour les présentations des collections Femme et Signature de Tod’s. Quels accessoires seront indispensables pour la prochaine saison ?
J’adore les ballerines compensées avec la lanière à la cheville. Je les ai en beige et je les porte avec des jupes, des robes et même des jeans, dans lesquels je rentre la bride. J’aime également les mocassins à rayures, qui existent en rouge, noir et bleu. Les assortir à une paire de jeans blancs sera un must pour cet été, à mon avis. Enfin, j’aime les mocassins classiques en croco avec des semelles fluo, ils sont géniaux ! Et je ne peux pas me passer du sac D.D. en python, accessoire intemporel que l’on peut porter toute sa vie.

Où êtes-vous allée dernièrement à New York et qu’aimez-vous faire lorsque vous êtes dans la grande pomme ?
J’étais à New York lundi dernier, il y a 3 jours. New York est l’une de mes villes préférées dans le monde, si ce n’est ma préférée. Lorsque je suis là-bas, j’aime me promener sur Madison Avenue, prendre mon petit-déjeuner au petit restaurant grec Viand et passer du temps avec mes parents, mes frères et mes cousins qui vivent là-bas. Je fais toujours étape à mon restaurant préféré, le Shake Shack, pour un hamburger, et je ne peux pas m’empêcher d’aller au magasin de bonbons de FAO Schwartz. J’y fais des provisions de Swedish Fish et de Laffy Taffy ! Cette halte est parfaite, car le magasin Tod’s est juste à côté, donc j’y fais toujours un saut pour voir les nouveautés. Je suis littéralement une accro de Tod’s !

FOR MORE TOUCHES... CLICK HERE

Carolina Bucci
Renaissance contemporaine
Read More
Noor Fares
The world seen through the eyes of ...
Read More
Caroline Issa
La culture de la mode
Read More
Andrea Brugnoni
Urbain éclectique
Read More
Hugh Van Cutsem
La double vie de Hugh van Cutsem
Read More
Sofia Camerana
Détails de voyage
Read More
Matteo Sardagna
Sardagna et l’amour de la terre
Read More
Hedvig Opshaug
Le style au quotidien: comment s’habiller dans la journée
Read More
Orsini Peduzzi
Tod’s Touch meets Antonine Peduzzi e Luisa Orsini
Read More
Lola Toscani
Tod's Touch meet Lola Toscani
Read More
Nathalie Dompè
Tod's Touch Meets Nathalie Dompè
Read More
Tod's Touch Meets Tala Samman
La styliste et blogueuse de mode nous fait visiter « son » Dubaï à elle
Read More
Regard sur Guido Taroni
"L’emblématique est, par essence, ce rare équilibre entre le familier et l’unique."
Read More
Tod’s Touch meets Martha Ward
Coup d’œil dans le garde-robe de Martha
Read More
Tod’s Touch meets Peter Cincotti
Mes origines italiennes s’expriment à travers ma musique
Read More
Carlotta-The London Art "ISTA"
Une journée à Londres avec Carlotta Loverini Botta
Read More
Interview Valentine Warner
VALENTINE WARNER NOUS DÉVOILE SA TOUCHE
Read More
Tod's Loves New York
New York Exclusively for Tod's Touch
Read More
Milan as seen by Micol
« Si c’est ce que tout le monde voit, ce n’est pas ce que je vois »
Read More
Chic muse
La blogueuse de mode Denni Elias apporte sa contribution à Tod's Touch
Read More
The Northern Light
Hedvig Opshaug for Tod's Touch
Read More