Left
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
Right

BON VOYAGE: Oki Sato
My Milano: by feet and food

Oki Sato se trouve à Milan à l’occasion du Salon du meuble, où il s’emploie à réaliser ses installations cultes. Nous parlons du fondateur de la marque Nendo, ce Japonais citoyen du monde qui signe son univers d’un design extrêmement minimaliste.

Nous l’avons rencontré pour qu’il nous parle de sa vision de Milan. « Une ville que je ne vois jamais car je passe de l’aéroport aux salles de réunions puis à l’hôtel, dans un cercle sans fin ».

Avec la même précision qui caractérise ses créations, Oki Sato a calculé qu’en douze ans il a atterri près de 110 fois à Milan. Il n’a jamais visité la ville mais il fait toujours les mêmes haltes, aux mêmes endroits, et commande toujours les mêmes choses. « Je n’ai d’ailleurs même plus besoin de les commander, on me les apporte d’autorité. J’adore ça, je me sens chez moi ».

Son hôtel de Brera, sa passion pour les lieux fourmillant de vie mais jamais luxueux, son faible pour les sucreries et son régime (si l’on peut dire) à base de glucides.

Au petit déjeuner : cappuccino et croissant au chocolat, chez Princi.
Déjeuner : des tagliatelles aux cèpes, son péché mignon en matière de pâtes, sinon une pizza à la marinière.
Apéritif : le Negroni et le Sbagliato, au bar Radetzky. Son préféré ? « Les deux, donc on m’apporte d'abord le premier puis le second ».

Par ailleurs, si ses rendez-vous ont lieu du côté de corso Venezia, « un endroit magnifique pour marcher et admirer les statues et jardins dans les cours intérieures », il ne résiste pas à une halte à la pâtisserie Cova pour ses cannoncini alla crema. Il les commande toujours par trois.

La valise idéale

Toujours entre deux aéroports, Oki Sato vit à 100 à l’heure. Perpétuellement sur le départ, sa valise est toujours prête, il ne la défait jamais.

Pas même chez lui, à Tokyo. « Je n’y passe que quelques jours à la suite. S’il y avait de la place pour mon chien, ma valise serait une maison idéale ».

Il groupe ses déplacements en un seul voyage de deux semaines par mois et change souvent de ville. « J’emmène toujours les mêmes choses avec moi».

De plus, Oki Sato amène tout en double. Même chose pour sa valise – noire, rigide – et pour son contenu : du manteau au shampoing, il a tout en double.

Une formule fixe pour tout remplacer à chaque fois qu’il rentre chez lui, sans besoin d’y réfléchir à deux fois.

Check in
15 T-shirts blancs, 4 pantalons décontractés, 3 pulls, 4 costumes noirs « et c’est à peu près tout ».

Bagage à main Dans sa besace Tod’s en cuir noir, son ordinateur et un livre.

Il se pourrait d’ailleurs bien qu’il y ait de la place pour son chien, Kinako, un carlin chihuahua.