Left
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
Right

Un jeu d’acteur, un style : Paolo Briguglia
Acteur italien pour Tod’s Touch

Paolo Briguglia est un jeune acteur italien talentueux. Né à Palerme en 1974, il a étudié à l’Accademia Nazionale d'Arte Drammatica Silvio D'Amico (académie nationale d’art dramatique) de Rome, d’où il est sorti diplômé en 1998.
Sa participation à des œuvres variées, allant du cinéma au théâtre en passant par la télévision lui ont valu un grand succès. Il a tenu ses rôles les plus importants, au cinéma dans El Alamein d’Enzo Monteleone, Les Cent pas de Marco Tullio Giordana, Buongiorno, notte de Marco Bellocchio, Ma quando arrivano le ragazze de Pupi Avati, La Terra de Sergio Rubini et Basilicata Coast to Coast de Rocco Papaleo, à la télévision dans Il tunnel della libertà, Il figlio della luna, Caravaggio, Giovanni Falcone et Era mio Fratello, et plus récemment, au théâtre dans la pièce Le Jeu de l’amour et du hasard.

Vous êtes un acteur polyvalent, qui alternez théâtre, cinéma et télévision. Pour vous imprégner d’un rôle, avez-vous des lieux de prédilection ? Comment parvenez-vous à vous identifier à un personnage ?
S’approprier un personnage demande beaucoup de temps et de patience. Ce n’est qu’après une période de tâtonnements, d’erreurs et de frustration que l’on a soudain une sorte de révélation, et qu’alors tout devient clair ! Chaque film, pièce ou téléfilm a son histoire et son originalité. Aussi, l’appropriation du personnage peut devenir une aventure fascinante. Lorsque l’on joue un personnage réel, on va souvent à sa rencontre, mais dans bien des cas, on invente les personnages avec une certaine fantaisie, parfois en les associant à des lieux qui ont du sens dans notre imaginaire. C’est toujours intéressant de découvrir ce que l’imagination créative arrive à puiser dans notre mémoire. Je dirais donc qu’il n’y a pas de lieu précis permanent, mais plutôt des parcours qui se renouvellent sans cesse. Ce qu’il faut en revanche, c’est une grande disponibilité, afin de pouvoir chercher à la fois en soi et autour de soi ce qui est susceptible de correspondre au personnage et de l’explorer sans crainte.

Vous jouez actuellement dans une pièce de théâtre, Le Jeu de l’amour et du hasard. Quels sont vos théâtres favoris en Italie ? Et où aimez-vous aller après le théâtre ?
L’un de mes théâtres préférés est le théâtre Valle à Rome. Un vrai trésor, un lieu hors du monde et hors du temps. J’ai un faible pour le théâtre Lauro Rossi à Macerata, dans la région des Marches, ainsi que pour un petit théâtre en Émilie, dans la commune de Rio Saliceto. Les théâtres à l’italienne sont un peu comme des vieux sages restés enfants, ils ont une âme et une mémoire. Quand je suis en tournée et que je découvre un théâtre pour la première fois, je cherche à écouter les voix qui résonnent toujours dans les lieux : les voix des collègues illustres qui m’ont précédé sur les planches, la voix du public qui a ri, rêvé ou pleuré. J’essaie de passer du temps dans le théâtre à une heure insolite, quand il n’y a personne. Après la représentation, quand l’adrénaline est toujours là, j’aime aller manger, rire, plaisanter, boire !

Êtes-vous plutôt cinéma, télévision ou théâtre ?
Les trois, naturellement ! J’aime entre autres franchir les barrières entre ces mondes, apporter un peu de naturel au théâtre et un peu de grandeur à la télévision...

Votre histoire en tant qu’acteur est très liée à l’Italie, à sa culture et à son histoire, y compris sociale. Que signifie pour vous être italien ?
J’ai toujours choisi des rôles et des films « engagés », car dans la dimension épique de l’histoire, des luttes, des tragédies de notre pays, on retrouve l’esprit italien, combatif et créatif, une quête tenace de justice et de vérité. Cela peut paraître paradoxal aujourd’hui, mais les Italiens savent qui ils sont et ce qu’ils aiment. J’ai une grande confiance en l’Italie !

Si vous deviez citer des lieux ou des coutumes qui représentent le mieux l’Italie, lesquels vous viendraient à l’esprit ?
Je pense à la beauté époustouflante de nos villes uniques au monde, une beauté dont nous avons conscience (même si l’on devrait peut-être s’en émerveiller plus souvent). Je pense aux osteria (sortes de brasseries typiques) cachées dans les ruelles des centres historiques, qui préservent les traditions de nos régions, dont chacune a sa spécificité (et en Sicile, nous avons en plus bénéficié de l’influence arabe), parce que partager un repas avec ceux qu’on aime est l’une des choses que nous apprécions le plus en Italie. Nous aimons savourer lentement et avec sagesse, nous sommes sensibles aux expériences qui résistent au temps. Je pense aussi au paysage montagneux des Dolomites, où je me promène en été quand j’ai le temps, à la campagne de l’Ombrie, à la mer en Sicile, que j’aime tant.

Vous renvoyez une image très soignée et cohérente de vous-même. Que signifient pour vous le style et l’élégance ? Pourriez-vous y renoncer ?
Je ne suis pas quelqu’un qui sait se façonner une image... j’ai la mienne ! Les gens voient plus ou moins qui je suis. J’aime la cohérence, être celui que je prétends être. Le style et l’élégance ? C’est une forme de joie et de fantaisie, un respect des autres et de la vie qui se manifestent à travers les vêtements que l’on porte, les jours et les fêtes que l’on célèbre. Créer des vêtements, des chaussures ou des accessoires, c’est exprimer son goût pour la vie, non ? J’aime les choses qui durent : le cuir, la laine, le coton, les matières biologiques qui résistent au temps. Je n’aime pas les choses de mauvaise qualité, fabriquées à la hâte et rapidement bonnes à jeter, c’est un terrible gaspillage.

Toujours sur le thème du style et de l’élégance, y a-t-il un personnage (vivant ou non) que vous admirez particulièrement ?
Une icône du style ? Cary Grant ! Toujours élégant et plein de désinvolture...même dans les situations les plus absurdes, comme dans ces films d’Hitchcock où il a tourné. Même quand il fuit cet avion qui lui vole au-dessus de la tête en essayant de le tuer dans La Mort aux trousses, il a toujours cette espèce de sourire sur le visage, qui semble dire : du calme, ce n’est qu’un film !

Pourquoi Tod’s ?
Il me semble que tout ce que nous venons d’évoquer est en harmonie avec l’esprit de Tod’s, où le style coïncide avec la qualité et où élégance rime toujours avec bon sens. Je suis sensible à la qualité des matières premières et à la capacité de créer des choses qui durent. La mode, comme le théâtre ou les métiers artistiques et artisanaux, est faite par des personnes et pour des personnes, et non pour des « consommateurs ». Je crois que Tod’s a bien conscience de cette différence.







Style by Virginia Galateri
Photo by Pietro Olivetta

Special thanks to: Teatro Manzoni Milano





FOR MORE TOUCHES... CLICK HERE

Polly Morgan
L’uniforme de l’artiste
Read More
Carolina Bucci
Renaissance contemporaine
Read More
Noor Fares
The world seen through the eyes of ...
Read More
Caroline Issa
La culture de la mode
Read More
Andrea Brugnoni
Urbain éclectique
Read More
Hugh Van Cutsem
La double vie de Hugh van Cutsem
Read More
Sofia Camerana
Détails de voyage
Read More
Matteo Sardagna
Sardagna et l’amour de la terre
Read More
Hedvig Opshaug
Le style au quotidien: comment s’habiller dans la journée
Read More
Orsini Peduzzi
Tod’s Touch meets Antonine Peduzzi e Luisa Orsini
Read More
Lola Toscani
Tod's Touch meet Lola Toscani
Read More
Nathalie Dompè
Tod's Touch Meets Nathalie Dompè
Read More
Tod's Touch Meets Tala Samman
La styliste et blogueuse de mode nous fait visiter « son » Dubaï à elle
Read More
Regard sur Guido Taroni
"L’emblématique est, par essence, ce rare équilibre entre le familier et l’unique."
Read More
Tod’s Touch meets Martha Ward
Coup d’œil dans le garde-robe de Martha
Read More
Tod’s Touch meets Peter Cincotti
Mes origines italiennes s’expriment à travers ma musique
Read More
Carlotta-The London Art "ISTA"
Une journée à Londres avec Carlotta Loverini Botta
Read More
Interview Valentine Warner
VALENTINE WARNER NOUS DÉVOILE SA TOUCHE
Read More
Tod's Loves New York
New York Exclusively for Tod's Touch
Read More
Milan as seen by Micol
« Si c’est ce que tout le monde voit, ce n’est pas ce que je vois »
Read More
Chic muse
La blogueuse de mode Denni Elias apporte sa contribution à Tod's Touch
Read More
The Northern Light
Hedvig Opshaug for Tod's Touch
Read More