Skip to main content

Émilie Fouilloux

La perfection au naturel

Et la synthèse du chic, parisien bien sûr

Émilie Fouilloux a grandi face aux miroirs, dans ce reflet d’elle-même qui n’aspirait qu’à une chose : la perfection. À 9 ans, elle intègre l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris et après 20 ans sur les planches de la Scala de Milan puis du Miami City Ballet, elle entame une deuxième vie de DJ.

À 9 ans, elle intègre l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris et après 20 ans sur les planches de la Scala de Milan puis du Miami City Ballet, elle entame une deuxième vie de DJ. Elle enchaîne les soirées ultra-chic au Costes et au Club Montana puis renoue enfin avec les miroirs. Sa troisième vie a les couleurs de ses créations, sa ligne se nomme Madem (www.mademparis.com) et pour Émilie, impensable de ne pas avoir de miroir de poche dans son sac : « Mais je n’en trouve jamais de jolis ». Aussi, s’inspirant du style Frida Khalo, dont elle reprend la douceur de la palette chromatique, comme pour la peau de python couleur pèche, Émilie crée ses propres miroirs déclinés selon les signes du zodiaque, pour une touche plus personnelle. Aucune Parisienne n’ignore combien le style est important. Son style à elle. Principalement des hauts rayés et des ballerines.
Ce que représentent les ballerines pour Émilie. « J’en ai une immense collection, je les porte également le soir, par exemple avec une robe courte très habillée. Sinon avec des pantalons serrés et des chemises d’homme assez près du corps. Si la chemise est en soie, je la rentre avec une belle ceinture mais si elle est en coton, je préfère la nouer ». Rien de trop moulant - sauf les pantalons – des vestes souples et enveloppantes, sinon une veste couture : « Je ne suis jamais assez couverte ».

Dans son sac.
Un miroir qui change selon son humeur
Un gloss naturel, du rouge pour le soir
Ses clefs et son portefeuille
Un téléphone et un chargeur
Des épingles à cheveux et un vapo de parfum
Un iPod et un bloc notes («pour noter quelque chose qui me plaît, souvent de la déco intérieure»)
Une image de la Vierge de Lourdes.

Dans sa valise, toujours.
Une chemise blanche.
Un pantalon en cuir.
Une paire de chaussures à talon, bleues.
Un petit cachemire noir.
Un maillot de bain.
Une trousse à maquillage (voir « Sa petit manie »).

Sa petite manie.
Sa trousse de maquillage, justement. Qui contient ses secrets de beauté.
Des huiles pour la peau, souvent signées Veleda.
L’habitude de se vaporiser le visage avec l’eau de beauté.
Trois crèmes hydratantes différentes, à appliquer l’une après l’autre.
Un fond de teint léger pour se protéger le visage.
De l’huile purifiante pour la nuit.
Un vernis à ongle rouge et noir.
Ses parfums : Figue de l’Artisan Parfumeur, Creede Spring Flower et Annick Goutal.
Elle a toujours l’un des trois dans son sac, en vapo micro-format.

Jamais: les pantacourts.

Toujours: deux bracelets et trois bagues, gages personnels d’amour.

Sa peur. « Qu’on décommande mes rendez-vous : en permanence. Ce matin aussi, j’y ai pensé. Lorsque je dansais, c’est seulement à la fin qu’on me disait oui ou non. Je crois que cette angoisse me poursuit encore ».

Sa vision. Le Lac de Cygnes. Je l’ai vu des millions de fois. À huit ans déjà, je le connaissais par cœur, je m’y voyais! Je savais que là était ma vocation.

La décoration florale dans son intérieur. Des fleurs et des plantes. Des roses et des lys. Le bleu des vases de Marrakech contrastant avec le rouge des roses, du blanc dans sa chambre. Sur la table, des pivoines rouges ou blanches avec ça et là de jolies incursions d’hortensias. Tout cela fait partie de ma manière de remplir la maison de coussins, tissus, et objets d’inspiration ethnique.

La féminité. Ne jamais en faire trop. Dès que l’effort transparaît, ne serait-ce que dans le maquillage ou la coiffure, l’impact n’a plus rien de féminin. Efforts invisibles et élégance des mouvements.

Secret de beauté. J’utilise un shampoing pour enfants, des cheveux impeccables tous les jours sans brushing.

Les proportions. Féminines, douces. Jupe et pantalon : toujours un peu plus longs et plus larges que nécessaire.


Back to top