STYLE SECRET: Tatiana Gecmen Waldeck

Portrait de Tatiana en un intérieur

Un voyage entre pensées, pays et saveurs.

Rencontre avec Tatiana Gecmen Waldeck, aristocrate originaire d’Europe centrale, qui a vécu dans plusieurs capitales. Elle se partage actuellement entre Londres et Milan où elle travaille sur un projet de livres audio : elle est la voix de la narratrice sur une musique expérimentale.

Son père était photographe pour le magazine Vogue de Diana Vreeland dans le New York des années 60 et sa mère a toujours vécu entourée d’artistes, d’écrivains et de stylistes. « J’ai grandi dans un milieu contemporain. »

Dans sa maison milanaise, une table de ping-pong fait office de table à manger, un coin tapissé évoque les anciens boudoirs et le salon vert olive est ponctué d’objets exotiques du monde entier. Des revues internationales sophistiquées s’empilent sur des chaises. « Elles ont toutes un lien avec des amis. »

Elle a l’habitude de recevoir et de partager. Voyons comment.

1 – recevoir des gens qui ont également un physique agréable.

2 – mélanger les âges et les origines : les jeunes recherchent la sagesse, les seniors la fraîcheur, chacun cherche quelque chose de différent de lui.

3 - au-delà de sa beauté, chacun doit apporter quelque chose au groupe, avoir sa particularité.

4 – ne servir que des mets de qualité. Si l’on opte pour du jambon et de la mozzarella, qu’ils soient délicieux. Les amandes également mais surtout le vin, tout doit être rigoureusement exquis.

5 – se sentir chez soi avec une esthétique informelle mais toujours sophistiquée.

6 – mêler les saveurs, les épices et les parfums. Le repas doit être un voyage entre des cultures alimentaires.
7 – préférer la cordialité des convives à une table parfaite. Plutôt trois services d’assiettes différents, hérités ou achetés, simples ou précieux, faire cohabiter porcelaine et céramique, mais aucun fâcheux autour.

8 – toujours : des fleurs et des bougies.

9 – jamais : d’objets en papier, la meilleure nappe est en lin indien.

Sa maison : elle foisonne de livres, dont beaucoup viennent de sa grand-mère maternelle. Leurs titres nous plongent dans la France du XIXe, la littérature classique ou les récits de voyage. Mais… ils étaient autrefois sagement rangés dans une bibliothèque avant que Tatiana ne les détourne. Ils forment désormais le piètement d’une table centrale ou sont empilés dans le couloir, créant une bibliothèque alternative, tout aussi cultivée.

La table de ping-pong devient une table pouvant accueillir 18 convives : « J’adore enfreindre les règles. »

La tapisserie Fornasetti qui décore le coin aménagé dans un style légèrement décadent apporte une touche gothique : les têtes de mort qui brillent sont la touche punk qui accompagne l’esprit rétro.

Autre originalité, celle des tables habillées, revisitées dans un esprit contemporain mais surtout matiérique. Tatiana a enlevé le tissu classique qui les couvre jusqu’au sol au profit d’un cuir clouté.

Un esprit « rock » revisité que l’on retrouve également dans la chambre de son fils où c’est le bureau qui est habillé de cuir jusqu’au sol.
Back to top