Skip to main content

Anne Catherine Frey

L’élégance au masculin

Créatrice de mode et bloggeuse au look très sobre, à commencer par sa coupe de cheveux.

On reconnaît Anne-Catherine Frey, bloggeuse et créatrice de mode pour la marque The Kooples, à sa coupe de cheveux. Avec son côté masculin-féminin, elle peut les coiffer de deux manières: «si je les attache, ils sont très courts, sinon je les porte sur le côté». Leur couleur se décline également en deux teintes dont une insolite touche de blanc: «je voulais du gris, c’est un accident, mais finalement je les garde comme ça».

Une coiffure qui est également une signature et qu’elle accompagne de vêtements basiques comme la chemise boutonnée – de toutes les couleurs et coupes possibles – les vestes couture, des chaussures pointues à lacets, en bref tous les codes classiques de la garde-robe masculine.

Quand vous étiez enfant? «J’étais une ado très maigre qui n’achetait que des vêtements pour homme, jamais une jupe».
Rien n’a changé chez Anne-Catherine Frey: son armoire ne contient pas la moindre robe.
Elle ne porte jamais de talons hauts.
Les seuls sacs qu’elle porte sont des clutches.
Son maquillage, le plus naturel possible, ne concède que quelques jeux chromatiques de fard à paupières.
Elle porte rarement un manteau, préfère enfiler un pull en plus sous sa veste pour ne pas casser son look.

Un petit côté punk? «Non, mais une véritable passion pour l’élégance au masculin».

Elle grandit au Luxembourg, avec un père architecte, puis sa passion pour le dessin la conduit dans une école de beaux-arts. «Enfant, je dessinais des heures durant, je préférais être seule qu’entourée d’une foule de gens». Lorsqu’elle vivait au Luxembourg, elle se rendait souvent au cinéma Odéon: au fond de la salle, toute seule.

En réalité, elle adore les gens, son terrain d’observation favori: elle a d’ailleurs fait son métier du street style le plus élégant qu’elle relaye dans son blog intitulé A Truly Intriguing Subject.
Elle vit aujourd’hui à Paris où on peut la croiser au Café de Flore: «j’adore la vue et regarder les gens», ou chez Angelina: «j’aime beaucoup les clichés». Elle travaille comme styliste pour The Kooples et les heures passées à dessiner dans son enfance ont porté leurs fruits.

Ses couleurs: pas de blanc mais tous les neutres possibles.
Sa touche féminine: les transparences, les chemisiers légers, le vernis à ongles.
Sa touche personnelle: l’éclat de bijoux petits, style rock’n’roll.
À la maison: des meubles blancs, j’adore le noir sur les murs et si je dois trancher avec une couleur, je choisis instinctivement le rose. J’apporte quelques touches girly, dans un espace graphique et sombre.
On remarque des détails romantiques, des paillettes et des objets qui scintillent, c’est ça les éléments girly? Sa passion pour le masculin ne s’exprime que dans la mode.

La vraie raison? «Peut-être une allure androgyne est-elle plus confortable, dans son ambigüité».
Jamais: de maquillage chargé, de robes ni de talons.
Toujours: des couleurs uniquement dans les accessoires et le confort avant tout, je déteste me sentir mal à l’aise dans mes vêtements.
L’élégance: elle doit être très personnelle.
Le secret, pour être élégante: bouger de la manière la plus naturelle qui soit. Donc toujours porter des vêtements où on se sent à l’aise, pour évoluer librement.
Le cinéma: la trilogie Millenium, le metteur en scène Lars Von Trier, l’actrice Charlotte Gainsbourg.
La plus belle actrice: Keira Knightley, y compris dans son style vestimentaire.
Le parfum: Comme des Garçons pour homme ou Philosykos de Diptyque. Pas de fragrances sucrées, plutôt des notes qui évoquent l’encens des églises.
Les chats: je les adore parce qu’ils se moquent de tout.
Elle entretien avec Max et Molly, les chats qui habitent chez sa mère, un rapport amour-haine: «chacun va réveiller l’autre et on se taquine mais on s’adore».
Back to top