Skip to main content

Enrique Solís

L’ambition de l’Araignée.
Enrique Solis : manifeste à la vie et à l’élégance d’un entrepreneur et créatif d’Espagne.

Un peu plus en avance et un peu plus en retard sur l’actualité : l’élégance du dandy, en équilibre sur les temps parce que bien concentré sur ses intérieurs.
C’est certainement le cas de l’espagnol Enrique Solís, fils du marquis Miguel Angel Solís de la Motilla et de Carmen Tello. Tout d’abord aristocratique dans l’aspect, comme dans le goût proposé par sa marque The Seelk (www.theseelk.com). Univers de soies qui tissent des cravates et nœuds papillons, accessoires pour enrichir d’une saveur rétro et recherche contemporaine, le style de ceux qui les portent.
Sa devise : “Ne sois pas brebis, sois araignée”, c’est à dire ne pas suivre le troupeau mais sa propre toile. Qui se tisse en misant sur la perfection, au-delà des conventions et des normes.
Collège à Séville et études à Madrid en Business International d’Entreprise – une période de travail entre Paris, Londres et New York– puis le retour opérationnel à Madrid.
Fasciné par les intérieurs et les architectures du passé, mais projeté sur la fonctionnalité et sur le charme des solutions contemporaines, Enrique, à travers The Seelk a tissé une double vie professionnelle.
Parallèlement au parcours de style de ses accessoires The Seelk , parmi lesquels le sac en trois dimensions qu’il a dessiné lui même et à peine présenté, il y a le monde des hôtels design, les One Shot Hotels dont Enrique s’occupe avec son associé Luis Felipe Mendienta et ses trois frères : «Hôtels spontanés, uniques, d’inspiration artistique: chacun est différent et interprète les édifices particuliers où nous choisissons de les développer, surtout avec un sens très fort du design”.
En avril dernier, à Valence, l’inauguration du quatrième Hôtel Solis. Actuellement deux à Madrid et deux à Valence et prochainement une nouvelle inauguration dans la ville natale de Séville, puis encore Madrid et Barcelone, programmés en 2017 : “Nous espérons devenir bientôt internationaux avec One Shot Hotels” (Londres, Paris ou New York).
Peu de temps libre à disposition. Partagé entre ses passions opposées pour la mer et la montagne, entre l’affection à la demeure de famille de Séville dans la calle Cuna et l’attraction pour la ville d’élection des dandys : Paris.
Je me sens élégant : quand je suis moi-même, sans aucune note excentrique. Être naturel, ce n’est pas toujours facile.
La tenue de mes rêves : deux pièces opposées : un smoking vintage en velours noir, un costume trois pièces en lin blanc avec de fines rayures bleues. C’est mon rêve qui n’a pas de prix.
Le luxe c’est : l’expérience. Ce qui me fait perdre la notion du temps, au delà des attentes.
Mon plus beau cadeau : un coupon, grâce auquel je pouvais choisir entre 15 choses à faire dans les 15 jours suivants … un vol aérien, un billet pour un musée, une paire de chaussures, pourquoi pas un baiser, ou assister à un coucher du soleil avec elle. Je ne l’oublierai jamais !
Dans ma valise : toujours, toujours : des lunettes de soleil, le livre du moment (d’habitude j’en lis toujours deux en même temps : un plus technique, pour étudier, et un roman, pour me distraire et me relaxer). Un T-shirt blanc, des jeans skinny, et des sneakers, avec un blazer bleu pour les diners plus formels.
Mon endroit préféré : en hiver la montagne, pour la liberté du ski. Ou en été une plage isolée dans le sud de l’Espagne, simplement pour écouter le bruit des vagues.
Mes colonnes sonores préférées : celles des films Braveheart, le Gladiateur et le Dernier des Mohicans.
Comment meubler une maison : en pensant surtout au confort, le mien et celui de mes hôtes.
Livre préféré : “Les confessions de Saint Augustin”, je ne sais pas si c’est mon livre préféré, mais il a certainement eu un fort impact sur moi.
Film préféré : “La Grande Bellezza” (Sorrentino – Italie) : je l’ai vu trois fois, pendant trois semaines de suite, toujours au cinéma.
Peur : d’avoir des attentes si élevées au point qu’elles deviennent impossibles à réaliser, vivre si vite au point de ne pas vivre le présent.
Jamais : penser être supérieur aux autres ou essayer d’apparaitre une personne différente de celle que je suis.
Toujours : un T-shirt avec une veste. C’est une solution optimale, idéale pour toutes les occasions.
Mes Applications préférées : Spotify, Instagram et Nike Running. Je les utilise toutes les trois régulièrement. Je pense ne pas avoir besoin d’autre chose.
Mes adresses réservées : j’aime Londres, Paris, et Berlin m’a frappé récemment ; mais il n’y a pas mieux que Madrid, qui met tout le monde d’accord sur divertissements, climat, personnes et culture …

Je dirais : Corazon Bar un lieu cool et éclectique. (Calle de Valverde, 44)
Un diner au Tatel, avec music live, un décor intérieur incroyable et un menu méditerranéen parfait. (Paseo de la Castellana, 36-38)
Un drink à l’Arts Club est un must le vendredi soir. (Calle de Velázquez, 96)
J’ajoute, pour un shopping dédié au design, Anglomania Tailor Boutique (Calle de Villanueva, 16) et LA Studio (Calle de Castelló, 8)
Back to top